Le gouvernement tergiverse à nouveau sur l’interdiction des pesticides !
Partager

J’ai profité du temps de Questions Au Gouvernement (QAG) pour interpeller Édouard Philippe sur la politique illisible du gouvernement en termes de sortie des pesticides. Après avoir fait la promesse de la sortie du glyphosate en trois ans, le gouvernement est finalement revenu sur ses dires alors que l’Union Européenne l’a interdit sur son territoire.

Mon intervention :

« Merci Monsieur le Président,

Monsieur le Premier ministre, 

Vendredi dernier les secrétaires d’Etat Attal et Poirson manifestaient avec les lycéens pour la sauvegarde du climat. Je me félicite que la France par le biais de votre  Gouvernement soit ainsi à la pointe du combat pour la préservation de l’environnement. Malheureusement, le ministère de le l‘Economie et des Finances n’a pas été informé à temps de l’initiative.

En effet, dans la nuit de vendredi à samedi, juste avant l’ouverture de la semaine sans pesticide, la majorité parlementaire, avec la bénédiction de Bercy, adoptait un amendement au projet de loi PACTE pour repousser de trois ans (à 2025) l’interdiction de la production en France de pesticides pourtant interdits d’usage dans l’Union européenne.

Vous me rétorquerez que le Sénat avait purement et simplement supprimé cette interdiction et vous aurez raison. Mais je note que le Gouvernement ne s’était alors pas opposé à ces amendements rétrogrades.

Bilan des opérations : la France va continuer à produire, pendant 6 ans des pesticides tellement dangereux pour l’être humain, tellement nocifs pour nos sols que l’UE les a interdits sur son territoire. La même Union européenne qui tergiverse toujours sur le glyphosate pourtant reconnu pour la deuxième fois, comme cancérigène par la justice américaine.

C’est dire le niveau de dangerosité des produits en question. Mais ce qui est dangereux pour les européens ne l’est visiblement pas pour le reste de l’humanité et la France va pouvoir continuer à empoisonner pendant 6 ans les agriculteurs des autres continents.

Alors que le président est revenu sur sa promesse de sortie du glyphosate en trois ans, le ministre de l’Agriculture confirmait dans le même temps la dangerosité du produit. Conséquence : la politique du Gouvernement est parfaitement illisible.

Monsieur le Premier ministre allez-vous enfin proposer une politique ambitieuse de sortie des pesticides ou bien confier cette mission à la FNSEA et aux industriels phytopharmaceutiques comme le laisse à penser la signature du Gouvernement au véritable contrat de dupes, dit « contrat de solutions » ? »