Lancement de la collecte des signatures contre la privatisation d’Aéroports de Paris
Partager

Depuis le 13 juin, toute personne inscrite sur les listes électorales peut désormais apporter son soutien à la tenue d’un référendum d’initiative partagée (RIP) contre la privatisation du groupe Aéroports de Paris (ADP) adopté par le Parlement en avril dernier dans le cadre de la loi PACTE. La plateforme en ligne doit recueillir 4,7 millions de signature, soit 10% des électeurs avant le 12 mars 2020.
Privatiser le groupe Aéroports de Paris ferait perdre à l’Etat tout contrôle sur un actif qui est essentiel pour l’aménagement du territoire, la souveraineté et la sécurité de notre pays. Après les autoroutes, l’Etat s’apprêterait à céder ses parts (50,6% du capital détenu) d’une entreprise florissante : 3,6 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2017. Malgré ces excellents résultats, le Gouvernement est décidé à se séparer de ses parts, valorisées à près de 9 milliards d’euros : un gâchis économique et un risque stratégique énorme pour le groupe ADP, leader mondial dont la croissance est florissante.  Tout cela pour offrir un cadeau supplémentaire au futur candidat VINCI.
Nous avons donc besoin de la mobilisation de toutes et tous pour stopper la vente de notre patrimoine et s’opposer à ce projet économiquement aberrant.
Mais il faut arriver à dépasser les obstacles informatiques avec un site Internet aux allures des années 80 et avec de sérieux bugs qui pourraient en décourager plus d’un.
Malgré tout cela, en 8 jours, 378.000 personnes ont déjà apporté leur soutien. La mobilisation doit donc se poursuivre pour accompagner les citoyens dans cette démarche d’expression démocratique unique.
La majorité des signatures passeront via internet sur le site spécialement créé à cet effet. Mais la procédure prévoit aussi que les personnes ne disposant pas d’un accès à internet puissent s’exprimer. Elles pourront le faire par deux biais différents : ou bien en se rendant dans des « points d’accès » quelques 2000 communes ont été sollicitées par le Gouvernement.  Ou alors, le citoyen pourra remplir un formulaire Cerfa spécial (n° 15264*01) exprimant son soutien à la proposition de loi, et le remettre en  mairie. Cette dernière procédure ne concerne pas seulement les personnes n’ayant pas d’accès à internet : elle sera également obligatoire pour toute personne ne disposant pas d’une CNI ou d’un passeport en cours de validité.

Pour signer via Internet et faire signer c’est ici : https://www.referendum.interieur.gouv.fr/soutien/etape-2